m-Santé : usage mobile des médecins en 2015

Dans le cadre de l’Observatoire des usages numériques en santé créé en 2012, en partenariat avec le Conseil National de l’Ordre des Médecins, Vidal publie les résultats de son 3ème baromètre sur l’usage mobile des médecins. Découverte.

observatoire-vidalCette nouvelle édition du baromètre sur l’utilisation des smartphones par les médecins a été réalisée en 2014 auprès de 2 154 médecins utilisateurs de smartphones (étude réalisée par questionnaire via e-mail). Plusieurs évolutions sont à observer par rapport aux deux éditions précédentes.

Les médecins utilisent de plus en plus leurs smartphones pour établir leur prescription

Les principaux résultats de cette nouvelle édition montrent notamment que les médecins utilisent de plus en plus  leur smartphone pour aller sur internet (94%), y compris en consultation (19%). Ils l’utilisent aussi de plus en plus pour établir leur prescription (64% en 2014, contre 34% seulement en 2012). Plus de la moitié d’entre eux (56%) souhaiteraient pouvoir disposer d’une fonctionnalité leur permettant d’accéder à leur logiciel médical.

observatoire-vidal-sites

A l’inverse, les sites des institutions sont de moins en moins fréquentés (36% en 2014, contre 51% en 2012).

Près d’un médecin interrogé sur 4 (23%) consulte les réseaux sociaux à partir de son smartphone :  88% Facebook, 32% Twitter et 32% LinkedIn, en forte progression depuis 2012. Peu le font pendant la consultation (11%), et moins d’1 fois sur 2 pour échanger avec un confrère.

Applications mobiles : bases de données médicamenteuses toujours plébiscitées

Les médecins déclarent de plus en plus utiliser des applications médicales sur leur smartphone : 61% en 2014 vs 53% en 2012. Mais leurs usages semblent se modifier sensiblement : la plupart des applications citées dans l’Observatoire depuis 2012 (anatomie, données biologiques, équivalences étrangères, interactions médicamenteuses, actualités médicales) sont moins utilisées. Seules les applications «bases de données médicamenteuses» restent en progression sur 2 ans.

Pour le Dr Jean-Philippe Rivière (vidal.fr), « ce tassement est comparable à celui constaté il y a une dizaine d’années avec l’internet santé : après une phase initiale de curiosité, le grand public, puis les médecins, ont recentré leurs usages réguliers sur les sites correspondant à leurs besoins quotidiens d’outils et d’informations ».

smartphoneUne inquiétude sur la sécurisation des données

Plus d’un quart (27%) des médecins utilisateurs d’applications professionnelles s’inquiètent de la sécurisation de leurs données personnelles, quelle que soit l’application.

La plupart (86%) des médecins interrogés échangent fréquemment avec leurs confrères par mails. Près de la moitié (47%) utilisent une messagerie sécurisée. Le Dr Jacques Lucas (CNOM) relève qu’il « serait assez paradoxal que les médecins s’inquiètent de la sécurisation de leurs données personnelles et n’aient pas le même souci pour les données identifiantes de santé qui transitent par messagerie, c’est sans doute pour cela que près de la moitié d’entre eux utilisent maintenant des messageries sécurisées ».

Les médecins interrogés conseillent de plus en plus d’applications mobiles à leurs patients (17% en 2014, contre 8% en 2013), en particulier pour le suivi de la glycémie (19%), le suivi et des conseils nutritionnels (11%) et le suivi tensionnel (9%).

Source : Vidal

Publicités

8 Réponses to “m-Santé : usage mobile des médecins en 2015”

  1. Sim Says:

    Ce n’est pas pour rien si BlackBerry propose des solutions dédiées aux corps médical et si leurs systèmes sont les meilleurs voeux garants en matière de sécurité.
    Mon généraliste utilise un BlackBerry Passport et mon dentiste un BlackBerry Classic. L’outil idéal d’après eux

  2. David Says:

    Ce n’est pas surprenant que mes médecins aillent aussi sur la toile pour trouver des informations. Aujourd’hui, des contrôles existent et des labels sont donnés aux sites les plus fiables. Ce sont des paramètres à prendre en compte.

    • rteston Says:

      Merci pour votre commentaire. De quels contrôles et labels parlez-vous ? Depuis l’échec du HON code il n’y a justement aucune label ni contrôle pour évaluer les sites web ou app mobile…

  3. Pourquoi les médecins sont devenus adeptes de la #m-santé ? | E-media, the Econocom blog Says:

    […] Les consultations sur Internet concernent majoritairement les applications relatives aux bases de données médicamenteuses, les actualités de la profession et la formation médicale. Les médecins conseillant des applications mobiles de santé (suivi de glycémie, de la tension et nutritionnel) à leur client ont doublé depuis la publication du précédent baromètre Vidal (Source Buzz e-santé/Vidal). […]

  4. Why doctors are adopting #mHealth | E-media, the Econocom blog Says:

    […] The internet is used mainly to consult medication databases, read the latest medical news and for training purposes. The number of doctors recommending mobile health apps (e.g. for monitoring glycaemia, blood pressure and nutrition) to patients has doubled since the last Vidal survey was published. (Source Buzz eHealth/Vidal). […]

  5. Perché i medici adottano la mHealth | E-media, il Econocom Blog Says:

    […] Internet viene usata principalmente per consultare database informativi, tenersi aggiornati sulle notizie del settore e studiare nuove nozioni. Il numero di medici che raccomandano ai pazienti app mobile (per esempio per monitorare la glicemia, la pressione del sangue e la nutrizione) è raddoppiato rispetto alla scorsa edizione della ricerca. (Fonte: Buzz eHealth/Vidal). […]


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s