Tools&Docs : plateforme collaborative pour médecins généralistes

Une plateforme collaborative d’information et de ressources pour les médecins généralistes est en ligne depuis quelques semaines : Tools&Docs. Découverte.

Porté par des médecins généralistes, en formation ou en exercice, rattachés aux Départements de médecine générale des Universités Paris Diderot et Paris Descartes, Tools&Docs a été conçu en partant d’un constat simple : de plus en plus de médecins généralistes utilisent Internet pendant la consultation mais il y a aujourd’hui énormément de données qui ne sont pas pertinentes et qui encombrent l’accès à une information de qualité.

Toolsdocs

L’objectif de Tools&Docs est d’offrir une plateforme centralisée à de nombreux outils d’aide à la prise en charge du patient pendant la consultation de médecine générale. Cette plateforme collaborative permet à tous les utilisateurs de proposer de nouveaux contenus qui sont évalués avant publication par les membres de l’équipe selon la pertinence médicale et l’adéquation avec la philosophie du site.

De nombreuses ressources différentes sont proposées : recommandations de bonne pratique, documents d’information-patients, calculateurs, scores, documents d’ordre médico légal : certificats, lois en vigeur etc…

Tools&Docs est également présent sur les médias sociaux :

 

Découverte en vidéo :

Tools&Docs propose également un bouton de partage à intégrer dans son navigateur web afin de partager facilement et rapidement de nouvelles ressources et enrichir la plateforme. Présentation en vidéo :

Source : Tools&Docs

Publicités

Medcito : nouveau portail pour le remplacement médical

Un nouveau portail dédié aux remplacements des professionnels de santé a fait son apparition sur la toile : Medcito.fr. Présentation.

Ce nouveau portail web, medcito.fr, imaginé par une ostéopathe en exercice, propose de mettre en relation les professionnels de santé titulaires et les remplaçants dans de nombreuses professions médicales.

Il propose via un moteur de recherche  toutes les offres de remplacements référencées par le site, triées selon différent critères : profession, localisation et dates.

www.medcito.fr

Pour effectuer une recherche, le professionnel de santé doit renseigner sa localité, sa profession voire sa période vacance. Pour accéder aux coordonnées des candidats, il doit ensuite s’inscrire et payer un forfait annuel de 49 euros pour les titulaires, 25 euros pour les remplaçants. Un système d’alerte mail l’averti lorsque de nouvelles propositions de remplacement correspondant à ses critères sont disponibles. Pour le moment, le site est en phase de lancement et ne disposent que de 600 praticiens dans la base de données.

Medcito met également à disposition un espace dédié à l’aspect administratif du remplacement avec des conseils, des astuces, des contrats de remplacement à imprimer…

A noter que Medcito est également présent sur les médias sociaux avec une page Facebook et un compte Twitter : @Medcito

Source : Medcito

Les professionnels de santé adeptes des smartphones

Selon le baromètre 2010 du Cessim sur l’utilisation professionnelle des supports numériques par le corps médical, les smartphones prennent une place grandissante chez les professionnels de santé. Extraits.

Concernant le taux d’équipement en smartphones, on observe des disparités selon les professionnels : 30% des médecins généralistes en sont équipés contre 36% des spécialistes et 28% des pharmaciens d’officine.

L’iPhone en pôle position

Le smartphone d’Apple est le plus répandu parmi les professionnels de santé : 61% des médecins généralistes équipés de smartphones possèdent un iPhone, 74% chez les spécialistes et 76% chez les pharmaciens d’officine.

Les autres smartphones les plus utilisés sont les Blackberry, HTC et Nokia.

Des disparités d’utilisation selon les profils

La navigation sur le net et la consultation des mails sont les utilisations principales des professionnels de santé sur l’Internet mobile. Il existe toutefois des disparités selon les profils :

  • Les médecins généralistes utilisent leurs smartphones principalement pour naviguer sur Internet (63%), rechercher les coordonnées d’un confrère (61%), consulter les emails (58%).
  • Les spécialistes privilégient la consultation des emails (74%), la navigation sur Internet (71%), ou la gestion d’emploi du temps (59%).
  • Les pharmaciens d’officine utilisent l’Internet mobile pour naviguer sur Internet (69%), consulter les emails (63%) ou accéder à des bases de données médicales.

Des attentes spécifiques

En terme de contenus, les professionnels équipés de smartphones attendent des applications spécifiques.

Des applications d’informations médicales utiles pour la pratique sont demandées par les professionnels de santé :

  • base de données de médicaments (82% des généralistes, 68% des spécialistes, 81% des pharmaciens d’officine).
  • accès aux recommandations officielles (67% des généralistes et 50% des spécialistes)
  • annuaire professionnel (60% généralistes, 45% des spécialistes)
  • encyclopédie médicale (58% des généralistes, 44% des spécialistes, 60% des pharmaciens d’officine).

D’autres applications comme l’actualité médicale, l’actualité des congrès/symposium, ou des cas pratiques en vidéo sont attendues.

Des données intéressantes qui vont donner des idées aux développeurs d’applis mobiles…

Source : Cessim.fr

Internet et la relation patient : les généralistes partagés

Dans son édition du 20 mai, l’hebdomadaire Impact Médecine a interrogé des médecins généralistes sur l’influence d’internet dans leurs relations avec les patients. Extraits.

Comment Internet modifie t-il vos relations avec les patients ? Voici la question posée à trois médecins généralistes par Impact Médecine.

Pour certains, Internet perturbe leur pratique professionnelle, comme le Dr Véronique Thys, médecin généraliste à Nanterre (92). « Lorsqu’un patient vient en consultation avec son diagnostic et son traitement déjà établis, parce qu’il a consulté Internet, je lui explique que c’est moi le médecin et que je vais l’examiner avant de poser un diagnostic. Lorsqu’il insiste, ça peut devenir un peu irritant« . La relation avec le patient s’en trouve modifieé ajoute t’elle : « Je lui dit qu’il a le choix, mais s’il pense qu’Internet fait mieux que moi, je n’irai pas dans ce sens. Internet tend donc plutôt à compliquer mes relations avec mes patients. »

Le Dr Marc Soussan, qui exerce à Paris, abonde dans ce sens et insiste sur la mauvaise qualité de l’information que l’on peut trouver sur Internet. « Internet n’offre une information ni sécurisée ni validée. Même s’il existe des sites intéressants, les données sont le plus souvent inexactes ou contestables. Le patient est noyé sous l’information, il ne peut faire la part de ce qui est vrai pour lui. »

Pour le Dr françois Michel, médecin généraliste dans le Var, à Hyères, au contraire, Internet modfie la relation patient de manière positive. « Les patients recherchent l’information, les connaissent. De plus en plus ils deviennent acteurs et construisent leur santé. Cette évolution ne me gène pas. Au contraire. Les nouvelles technologies font partie du monde de la santé de demain. Et je suis sûr que que les jeunes générations de professionnels de santé et de patients sont en train de construire ce nouveau monde. Cette dynamique enrichit la relation médecin patient. » 

Les avis restent partagés sur le sujet. Ce qui va une nouvelle fois poser le débat autour de la qualité de l’information santé diffusée sur Internet. Cela montre qu’il reste encore beaucoup de choses à faire…

Source : Impact Médecine